Le Chrétien, ou Jésus-Christ en Personne dans le Monde (4)

Publié le par Céphas MABADA-MABAYE - Pasteur

Message du Dimanche 02 Décembre 2012

*   *   *

Le chrétien, ou Jésus-Christ en Personne dans le monde ! (4)

*   *   *

* RÉSUMÉ DU MESSAGE DU DIMANCHE 28 OCTOBRE 2012 : MISSION DU CHRÉTIEN DANS LE MONDE

1)     « Sel de la terre » (Matthieu 5 : 13)

2)     « Lumière du monde » (Matthieu 5 : 14 – 16)

IV. CAHIER DE CHARGES DU TÉMOIN CONSACRÉ DE JÉSUS-CHRIST

C. SA MISSION DANS L’ÉGLISE

1)     Galates 5 : 13 – 15 (service et amour) = Ok le dimanche 11 Novembre 2012

« 13 Frères, vous avez été appelés à la liberté ; seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; mais rendez–vous, par l’amour, serviteurs les uns des autres. 14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle–ci : Tu aimeras ton prochain comme toi–même.

15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres. »

***

2)     Éphésiens 4 : 1 – 6 Dimanche 02 Décembre 2012

« 1 Je vous en supplie, donc, moi qui suis prisonnier parce que je sers le Seigneur : vous que Dieu a appelés, conduisez–vous d’une façon digne de cet appel.

2 Soyez toujours humbles, doux et patients. Supportez–vous les uns les autres avec amour. 3 Efforcez–vous de maintenir l’unité que donne l’Esprit Saint par la paix qui vous lie les uns aux autres. 4 Il y a un seul corps et un seul Saint–Esprit, de même qu’il y a une seule espérance à laquelle Dieu vous a appelés. »

* Les vérités essentielles de ce passage sont les suivantes :

1)     L’appel de Dieu nécessite une vie de foi conforme à Ses exigences de sainteté (v. 1) ;

2)     L’humilité, la douceur et la patience doivent devenir les principaux traits du caractère de tout chrétien soucieux de marcher selon la volonté de Son Dieu (v. 2 a) ;

3)     Le support réciproque, fondé sur l’amour, doit caractériser les relations fraternelles entre tous (v. 2 b) ;

4)     Tout chrétien véritable doit s’efforcer (« s’imposer le devoir de… ») de maintenir le lien précieux de l’unité du Corps de Christ tissé, pour l’éternité, par le Saint-Esprit de Dieu. En effet, les différents organes d’un même corps jamais ne se divisent, sauf accident (v. 3) !

5)     L’outil le plus fiable du maintien en l’état de cette unité, c’est la paix (v. 3) !

6)     À moins de quitter le Corps de Christ et de retourner pour se perdre dans le monde (2 Pierre 2 : 20 – 22), nul n’a le droit de s’imaginer appartenir à un autre corps que Celui créé par le Saint-Esprit, en vue de la même espérance gracieusement accordée à tous par le même Dieu (v. 4), et donc d’y introduire des attitudes et des actes contraires à ceux recommandés par les Écritures.

***

3)     1 Thessaloniciens 5 : 14 – 15

« 14 Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous.

15 Prenez garde que personne ne rende à autrui le mal pour le mal ; mais recherchez toujours le bien, soit entre vous, soit envers tous. »

* Les vérités essentielles de ce passage sont les suivantes :

L’avertissement fait partie intégrante du ministère biblique de tout chrétien véritable à l’égard des autres membres du Corps de Christ, n’en déplaise à tous ceux qui désireraient qu’on ferme les yeux sur les péchés flagrants qu’ils commettent, sans retenue, soit au sein de l’Église, soit dans le monde (v. 14 a), tout en étant prêts à dénoncer vigoureusement les faiblesses des autres ;

La consolation des frères traversant quelque épreuve que ce soit (v. 14 b),

Tout comme le support des faibles (v. 14 c), ce qui nécessite une grande capacité de maîtrise de soi, afin de ne pas laisser exploser son dépit et, ainsi, constituer une occasion de chute pour celui qui a plus besoin de soutien, que de coup de massue ;

Dans tous les cas (infidélité, consolation et support de plus faible que soi), le recours systématique à la patience est requise (v. 14 d) ;

Veiller à ce que personne ne se venge, à bon droit, de tout préjudice subi (v. 15 a) ! De toute évidence, nous sommes tous sentinelles spirituelles les uns des autres !

Enfin, quelle que soit la personne à qui nous avons affaire, dans notre vie de chrétien, que ce soit au sein de l’Église, ou pas, nous n’avons pas d’autre leitmotiv que celui de faire du bien, et en permanence (v. 15 b).

CONCLUSION

On le voit : la feuille de route du ministère du chrétien au sein de l’Église de Jésus-Christ est bien remplie, et exigeante, ce qui pourrait engendrer dans notre pensée un sentiment légitime d’incapacité à pouvoir l’observer de manière stricte et fidèle et cela, jusqu’au bout de notre voyage, ici-bas.

La Bible, par la plume de l’apôtre Paul, fait d’ailleurs le même constat :

« 7 Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. » (2 Corinthiens 4 : 7 – 11)

Est-ce à dire que le chrétien authentique ne peut qu’échouer dans l’accomplissement de cette mission à lui confiée par le Seigneur ?

Loin de là ! Et cela, pour une raison toute simple :

« …Les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables. » (Romains 11 : 29)

En d’autres termes, il est impossible que le Seigneur Dieu fasse des dons aux membres du Corps de Jésus-Christ, Son Fils bien-aimé, puis leur adresse, explicitement, un appel lié à la nature du (des) don(s) de chacun, puis les délaisse dans leur incapacité totale et objective à accomplir avec succès leur mission. C’est pourquoi la Parole de vérité affirme :

« Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. 27 Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; 28 et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire au néant celles qui sont, 29 afin que personne ne se glorifie devant Dieu. » (1 Corinthiens 1 : 26 – 29).

Ayant appelé des faibles pour les mettre à Son propre service au sein de Son peuple, Il sait pourvoir à leurs besoins, de force et de puissance spirituelle, selon qu’il est écrit :

« 13 …Car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. » (Philippiens 2 : 13).

Si donc le Seigneur, qui appelle et envoie et, de préférence des faibles, sait assumer pleinement Sa part de responsabilité dans le parfait accomplissement de la mission confiée en rendant le messager capable de vouloir et de faire, il est juste de s’interroger sur la part qui revient à ce dernier d’assurer, pour ce qui le concerne.

Là aussi, la Parole est claire :

« Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle. » (1 Corinthiens 4 : 2)

La fidélité à notre appel : telle est la clef de la pleine réussite de la mission à nous confiée par le Seigneur, notre Dieu, afin que nous allions, et que nous portions beaucoup de fruits, à Sa gloire.

De plus, cette fidélité requise de nous n’est pas gratuite : une récompense éternelle y est liée, selon qu’il est écrit :

« 58 Ainsi, mes frères bien–aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur. » (1 Corinthiens 15 : 58)

À ce compte-là, persévérons dans notre appel, en nous appuyant pleinement sur le Seigneur qui, en temps utiles, saura pourvoir à tout besoin ressenti, durant le service, en tout temps, en tout lieu.

Courage : l’Éternel des cieux marche devant nous, et avec nous, dans cette lourde mais glorieuse mission, de Le proclamer courageusement dans le monde, et de nous conduire, à tous égards, comme Lui, au sein de Son Église !

C. MABADA-MABAYE – Pasteur

*   *   *

Publié dans 07. SERMONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article